Réservez l'achat de votre chalet locatif

auprès du constructeur désigné

À tous nos concitoyens et concitoyennes,

Nous avons choisi de vous partager en toute transparence les diverses études préliminaires et documents en lien avec les innovations des villages géolagons, un modèle québécois à propriété québécoise qui s’illustre à l’international à titre d’initiative hors du commun en terme de développement durable.

Ainsi, pour débuter, nous rendons publiques les 3 études préliminaires suivantes :

Le village geoLAGON est un projet unique au monde car il sera autosuffisant en énergie autoproduite grâce aux énergies de la Terre et du Soleil :
Voyez ici l’étude d’ingénieurs qui confirme que le projet sera 100% autosuffisant en énergie renouvelable considérant un mix de 4 sources : la géothermie, le solaire, la biomasse et un réservoir accumulateur de chaleur au centre du village sous le lagon.

Étude Akonovia


Le village geoLAGON est un projet carboneutre :
Voyez ici l’étude de GES et de la compensation en plantation d’arbres.

Étude LCL /GES


Le village geoLAGON est un projet qui respecte toutes les facettes du développement durable autant sur le plan environnemental, social qu’économique :
Voyez ici l’évaluation qui utilise la grille d’analyse en développement durable (GADD), développée par la Chaire en éco-conseil de l’Université du Québec à Chicoutimi. Cet outil permet à un projet de mesurer, de manière qualitative, la performance environnementale, sociale et économique d’un projet dans une perspective de développement durable.

Étude LCL /développement durable

 


 

21 novembre 2022 :

Les villages geoLAGON rendent publique deux nouvelles analyses préliminaires favorables à ses projets

La première analyse produite par un ingénieur indépendant confirme de façon préliminaire que la stratégie d’approvisionnement en eau du projet, basée sur la captation des eaux de pluie, pourrait puiser dans le sol aussi peu que 5% de l’eau habituelle qui est puisée par des maisons traditionnelles, ce qui rendrait le projet de 300 chalets comparable à un approvisionnement pour seulement 15 à 39 chalets traditionnels, soit entre 5% et 13% en comparaison avec des maisons traditionnelles.

Extrait du document préliminaire de l’expert :

« … de façon préliminaire, nous pouvons affirmer que la stratégie d’approvisionnement en eau du projet, basée sur la captation des eaux de pluie, pourrait puiser dans le sol aussi peu que 5% de l’eau habituelle qui est puisée par des maisons traditionnelles, ce qui rendrait le projet de 300 chalets comparable à un approvisionnement pour 15 à 39 chalets traditionnels, soit 5 à 13%. »

Document : Stratégie d’approvisionnement des eaux Projet : GÉOLAGON (20 novembre 2022)



La seconde analyse est une opinion d’expert de LCL Environnement qui valide le niveau de risque pour l’environnement ainsi que l’assujettissement du projet aux règles du ministère de l’environnement (MELCCFP)

L’analyse préliminaire se conclut ainsi, sans plus: «Selon notre analyse préliminaire, le niveau de risque sur l’environnement du projet des villages vacanciers geoLAGON n’est pas estimé être élevé. »

L’experte ajoute : « En somme, le niveau de risque sur l’environnement du projet des villages vacanciers geoLAGON n’est pas estimé être élevé. Un village GeoLAGON peut ressembler à un projet de développement d’un camping où l’on retrouve des chalets au lieu des sites de camping ainsi qu’une piscine principale extérieure. La règlementation applicable pour les établissements touristiques a donc été présentée dans cet avis. »

IMPORTANT: Chaque village geoLAGON aura évidemment besoin d’approbation ministérielle en ce qui concerne les permis (C.A) habituels pour un aqueduc privé, un centre de traitement des eaux usées privé et une chaudière de biomasse.
La géothermie n’est pas de juridiction ministérielle. Il n’a pas été possible d’identifier un règlement en vertu du MELCCFP qui s’applique à la géothermie.

NOTE DU DÉVELOPPEUR DES VILLAGES geoLAGON : En ce qui concerne l’installation projetée des systèmes de géothermie qui ont fait l’objet d’une analyse préliminaire par l’INRS, chaque village prévoit appliquer les règles usuelles en vigueur au Québec selon les plus hauts standards. Parmi les recommandations de l’INRS, il est envisagé d’installer « des échangeurs de chaleur hybrides dans lesquels l’eau souterraine circule dans les forages (150-200 m de profondeur) pour améliorer les transferts thermiques et qui demanderaient un nombre intermédiaire de forages. Notez qu’il n’y a pas de prélèvement d’eau souterraine pour ce type de conception et que l’impact sur le niveau de la nappe souterraine, et par conséquent les milieux humides, est nul. » (source : des échanges exploratoires avec l’INRS).

Document : Assujettissement au MELCCFP pour un projet de géoLAGON

 

 

translation missing: fr.general.search.loading